Septembre 2001
 

Bilan du commerce extérieur français des produits laitiers en 2000

Le bilan de l’Onilait dessine, chiffres à l’appui, une France laitière exportatrice nette en 2000. A l’heure où les regards se tournent vers Doha où se tiendra, en novembre prochain, un important sommet Omc, il est particulièrement intéressant d’analyser, dans un environnement international globalement hostile aux soutiens à l’exportation, la structure des nôtres, à la fois en termes géographiques, mais aussi, en termes de produits.

Un tiers du lait collecté en France part à l’exportation.
C’est le constat du bilan du commerce extérieur français des produits laitiers pour l’année 2000, dressé le 15 mars dernier par l’Onilait.
Les exportations françaises de produits laitiers ont atteint 27 Mrds F l’an dernier, en augmentation de 7,8 % par rapport à l’année précédente. Les importations de produits laitiers, elles, ont présenté plus de 14 Mrds F, en hausse de 10,7 %.
Au final, le solde du commerce extérieur français des produits laitiers a progressé de 4,8 %, à 13 Mrds F.

Un solde largement positif grâce aux pays tiers
Les exportations françaises de produits laitiers sont destinées à 70 % aux autres Etats membres de l’Union européenne, tandis que plus de 90 % des importations proviennent de ces mêmes pays. Le solde des échanges avec l’Union reste fortement positif, à 5,65 Mrds F, mais s’est dégradé de 342 MF.
L’excédent de 7,4 Mrds F avec les pays tiers est en hausse de 924 MF.
Les exportations de 8,39 Mrds se comparent à seulement 953 MF d’importations en provenance des pays tiers.

Quatre pays en première ligne dans les soldes positifs
L’Onilait constate que la France dégage un excédent supérieur à 1 Mrd avec principalement quatre pays : l’Italie, l’Espagne, l’Algérie et l’Allemagne. Le solde avec cette dernière s’est dégradé l’an dernier de 246 MF à cause d’une progression marquée des importations françaises de fromages, laits conditionnés et laits fermentés en provenance.
Avec le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite, les soldes des échanges s’établissent entre 500 MF et 1 Mrd.
Au total, la filière laitière française a dégagé un excédent supérieur à 100 MF avec 22 pays, le solde excédentaire avec les pays tiers s’expliquant par des importations très faibles.

Déficits avec certains pays de l’Union
La France enregistre des déficits commerciaux avec certains pays de l’Union, en particulier avec les Pays-Bas (mais la situation s’améliore grâce à une progression des exportations) et avec l’Irlande (en forte dégradation à cause d’une hausse des importations de poudre de lait écrémé et de beurre).
Le solde des échanges est aussi fortement négatif avec certains pays tiers, en raison des accords d’association (PECO, Pays Baltes...) ou des accords douaniers (Nouvelle-Zélande, Australie, Ukraine, Russie...)

Une forte concentration des exportations vers trois pays
Les trois premières destinations : Allemagne, Italie et Uebl, absorbent 40 % des exportations françaises et les dix principales destinations du secteur absorbent les trois quarts des exportations françaises. Mais on dénombre 27 destinations significatives dépassant 100 MF pour les exportations françaises de produits laitiers, et 50 pays à plus de 50 MF.
Sur les pays tiers, les principales destinations des exportations françaises concernent l’Algérie (poudres de lait, matières grasses), les Etats-Unis (fromages), l’Arabie Saoudite (fromages, poudres de lait, beurre, crème) et l’Irak (poudres de lait, poudres infantiles).
L’Onilait constate une très forte concentration géographique des importations de produits laitiers : les dix premiers fournisseurs représentent plus de 90 % des importations, et les trois premiers (Uebl, Pays-Bas et Allemagne) plus de 50 %. Parmi les pays tiers, la Suisse et la Nouvelle-Zélande raflent les deux premières places au titre de fournisseurs de la France.

Les importations dominées par les fromages
Les fromages (plus de 30 %), puis les laits et crèmes (21 %) et les matières grasses (20 %) constituent les trois principales familles de produits laitiers importés par la France. Les importations en provenance des pays tiers sont avant tout constituées de fromages, de caséines/caséinates, de beurre et de poudre de lait écrémé. Les importations de poudre de lactosérum en provenance des pays de l’est sont en croissance.

Les exportations aussi
Avec 12,7 Mrds F, les fromages sont à l’origine de près de la moitié des exportations françaises de produits laitiers, suivis par les laits et crèmes, vrac ou conditionnés, et les poudres grasses.
Viennent ensuite les yaourts et les laits fermentés, le lactéosérum, les matières grasses, la poudre de lait écrémé, les caséines/caséinates et les autres produits laitiers. Chacune de ces familles représente entre 1,2 et 1,4 Mrds F d’exportation en 2000. Au sein des exportations françaises à destination de l’union, les fromages représentent aussi une part prépondérante, les produits frais étant particulièrement sur-représentés (à destination de l’Union) par rapport aux pays tiers. Vers ces derniers, les poudres grasses et les autres produits laitiers sont beaucoup mieux représentés, même si les fromages, principalement des fondus, constituent plus du tiers des exportations.

Un solde positif sauf pour les MG
Les fromages (toujours eux) et les poudres grasses représentent l’essentiel du solde positif des échanges de produits laitiers de la France. Le solde des échanges de fromages a ainsi progressé de 3 % en 2000 avec un solde en augmentation de 8,1 Mrds F. Le solde des échanges de poudres grasses a, lui aussi, nettement progressé à + 3,1 Mrds F.
Le lactéosérum, les yaourts et les laits fermentés, de même que les caséines/ caséinates représentent chacun un solde positif de plus de 500 MF. En 2000, le solde des yaourts et laits fermentés a encore progressé avec une hausse de plus de 30 % des exportations. Pour la poudre de lait écrémé, le solde des échanges est devenu légèrement négatif en 2000, avec une forte poussée des importations liée à la baisse des fabrications françaises. Les matières grasses constituent le principal solde négatif avec - 1,5 Mrds F en 2000.


La France : exportateur net
Avec treize milliard de francs, le solde du commerce extérieur de la France pour les produits laitiers est largement excédentaire. Les fromages représentent une large part des échanges et du solde positif de la France mais les poudres grasses, les yaourts et laits fermentés, les caséines et caséinates et le lactosérum contribuent aussi fortement aux échanges. Le commerce extérieur de la France est fortement excédentaire pour les produits transformés mais déficitaire pour des produits plus basiques comme le beurre vrac, la crème vrac, la poudre de lait écrémé, le lait ou le lait concentré vrac. 70 % des exportations se dirigent vers l’union européenne mais les pays tiers représentent plus de la moitié du solde positif des échanges, avec une part importante de produits qui dépendent des aides communautaires à l’exportation.